Une vie en pleine transition: vers un bien-être différent


Humeur, Zéro Déchet / vendredi, octobre 18th, 2019

En pleine transition. Voilà comment je me sens actuellement. Je ne sais pas si c’est dû à cette grossesse, ou aux changements que j’avais déjà commencé à faire avant. Ou encore mes 30 ans. Bref, il y a à peine deux ans, je n’imaginais pas en être là, et surtout, avoir un objectif bien-être aussi différent de celle que j’étais avant.

Ceux qui me suivent ou me connaissent depuis un petit temps, savent que je vais majoritairement parler d’écologie, de prise de conscience et de retour aux choses plus simples, naturelles. Un bien-être totalement différent de l’image que je m’en faisais avant.

Alors avant toute chose, je précise bien que je suis en transition. Je ne suis pas encore là où j’aimerai être.

Ce petit déclic

Il y a environ un an, je ne sais pas pourquoi ni à quel moment exactement, mais j’ai eu envie de changer. J’en parlais déjà dans un article (slow cosmétique et zéro déchet) mais je ne sais pas exactement quel a été l’élément déclencheur.

Peut être les reportages, les articles que l’on voyait sur Facebook, les amis ou connaissances déjà adeptes de certaines habitudes plus naturelles, les comptes Instagram inspirants… Peu importe, mais j’ai commencé à changer.

Marine and sea, Bien-être, podcast, bouge ton curcuma curcumabox healthy bien être

Depuis cette année j’écoute quelques podcasts (vous pouvez retrouver mes premiers coups de coeur dans cet article), mais il y en a un, en particulier, pour qui j’ai vraiment un gros coup de coeur. C’est « Bouge ton curcuma » de Cindy du blog Curcuma Box. Je vous invite d’une part à lire l’histoire personnelle de l’auteure mais également à écouter ses podcasts. Elle y aborde toute une pléthore de thèmes plus intéressants et diversifiés les uns que les autres mais avec un point commun évidemment.

Là on parle bien-être, planète, avenir, nature. Et je me sens concernée par chaque podcast, mais aussi un peu plus impliquée et avec de nouvelles idées en tête.

Mon bien-être, c’est surtout vivre autrement

J’y suis allée progressivement et c’est encore le cas. Il y a encore un énorme chemin à parcourir parce qu’à chaque fois que je réalise une étape, c’est un nouvel horizon qui se dessine, avec d’autres changements.

Vivre autrement, c’est de ça que j’ai envie. Arrêter de consommer, de surconsommer, revenir à l’essentiel, aux basiques. Me reconnecter avec moi même, avec la planète et ce qu’elle a encore à nous offrir malgré tout ce qu’on lui enlève. Un bien-être aussi bien dans le corps, comme l’esprit. Un bien-être qui n’abimera plus notre planète non plus.

Marine and sea, Bien-être, terre poubelle, théorie de l'effondrement, pollution
Source: http://www.hector-bd.com/index.php?post/La-fibre-écolo-des-lecteurs

Ça fait un peu discours bobo écolo, et ça me fait rire de me dire que je pars vers ça en fait.

En un an j’ai réduis mes déchets de salle de bain à presque zéro (il faut bien terminer ce qui a été acheté), on a réduit nos déchets ménagers, on achète en vrac plusieurs produits. Je ne vais plus à Bruxelles en voiture même si ça me coute plus cher (et ça, c’est pas normal). On n’achète plus de bouteilles en plastique, je vais de moins en moins dans les grandes enseignes (vêtements surtout) et j’achète de plus en plus en seconde main.

J’ai commencé à m’intéresser aux cycles lunaires, à la lithothérapie, à lire d’autres types de livres ( sur l’écologie, les plantes…), j’essaie de ne plus jeter mais « d’up-cycler » comme on dit.

Pourtant…

Il y a un an et demi tous les mois je dépensais plus d’une centaine d’euros je pense en nouveaux vêtements (merci la fast fashion). En cosmétiques aux packaging naturels mais aux contenus industriels (merci le green washing). J’achetais des conneries sur internet en Chine (hello Wish…) dont je n’avais nullement besoin – et le pire – que je n’utilisais parfois même pas. J’avais envie du dernier iPhone sorti, même si je ne l’achetais pas. J’achetais tout en neuf (vêtements, livres, décoration). Je regardais des trucs complètements débiles à la TV. Bref, j’étais exactement comme la société avait envie que je sois. Est-ce que cela contribuait à mon bonheur ? A mon bien-être ? Non. Ce n’était qu’illusions !

Marine and sea bien-être consommateurs consommation télévision publicité
Source: http://telemaco.ma/linfluence-de-la-publicite-sur-les-consommateurs/

Et pourtant, tout est possible. Je suis en pleine remise en question interne parce que mes valeurs sociales sont les mêmes vis à vis des autres, mais mes valeurs personnelles, mes convictions ont totalement changé.

A chaque envie d’achat je me pose les bonnes questions. Avant là où je me serais laissée tenter… Je regarde si je peux le trouver en seconde main, si j’en ai vraiment besoin. Ou mieux, si je n’ai pas déjà quelque chose qui ferait l’affaire. Parce que oui, c’est difficile, de sortit de ce mode de vie. Quand on le pratique depuis des années, on a des pulsions qui reviennent. « Oh, j’ai du temps libre, j’irais bien me promener dans telle galerie ». Alors que j’ai plein d’autres choses plus intéressantes ou enrichissantes à faire.

La théorie de l’effondrement

En gros l’humain court à sa propre perte et la fin de notre espèce est proche (je vous fait un gros gros gros résumé évidemment).

Je ne suis pas là pour débattre de cette théorie car je ne suis pas assez renseignée sur ce sujet, mais clairement je pense que ça nous pends au nez. Dans 30 ou dans 50 ans, ça je n’en sais rien.

Mon utopie serait donc… de réapprendre à vivre avec ce que la terre a à nous offrir, en autonomie. Alors j’en suis encore loin et l’idéal que j’ai n’est pas réalisable actuellement. Je veux dire que pour l’instant je suis encore obligée d’aller travailler pour payer ma nourriture, mon loyer, etc etc.

Mais mon but est d’apprendre à cultiver moi même mes propres fruits et légumes, d’acheter 100% en vrac et de pouvoir faire mes courses à pied. D’apprendre à me soigner avec la nourriture, les plantes ou encore les pierres par exemple, avoir très peu recours à la médecine traditionnelle, ne plus acheter de superflu.

Notre bagage…

Ce que j’ai envie, avant tout, c’est de savoir que nous laisserons notre ou nos enfant(s) avec toutes les clés en main pour (sur)vivre. Parce que je ne sais pas de quoi sera fait demain. Je ne sais pas si on va se retrouver à vivre dans un monde à la walking dead mais sans les zombies. Revenir à la petite maison dans la prairie ou encore l’âge de pierre.

Evidemment ça ne nous ferait pas de mal et, même si c’est triste à dire, on l’aura bien mérité. Mais j’ai envie d’oeuvrer pour le futur, de ne pas attendre que ça arrive pour réagir.

Alors oui, à 30 ans, enceinte de notre premier enfant, j’ai l’impression d’être une personne totalement différente. Je suis contente de dire que j’ai évolué avec mon temps, mais dans le bon sens. Même si je suis encore un peu trop sur mon téléphone et que j’utilise encore ma voiture. Mais mon évolution n’est pas terminée et j’ai réellement l’impression d’apprendre seulement à me connaitre et à savoir ce que je veux réellement. Être utile, faire partie du changement, me reconnecter avec l’essentiel.

See you soon…

Retrouvez-moi sur les réseaux!
error

4 réponses à « Une vie en pleine transition: vers un bien-être différent »

  1. En tout cas, on est sur la bonne voie!! Grâce à ces changements entamés, on se sent plus investit et on prend action.
    Mon avis, c’est que l’arrivée du bébé va encore plus te motiver à ça!
    Bravo en tout cas!

  2. Encore un podcast de plus à découvrir 🙂
    Je n’arrive pas à mesurer si c’est la trentaine, la maternité, ou l’état d’esprit général de l’époque qui fait ça, ou sans doute un peu de tout ça, mais je comprends bien ton cheminement. Je trouve ça tellement chouette d’apprendre des chose, de re-découvrir le bon sens, de se sentir plus ancrée, …

  3. Je ne sais pas non plus je t’avoue. Je me dis que à 20 ans je n’aurais JAMAIS eu ce cheminement. Et même si on m’en avait parlé, c’est triste à dire, mais je pense que je me serais dit encore un(e) allumé(e). Enfin bref, dans le jugement et pas dans l’analyse ou l’ouverture. Je me rends compte de plus en plus qu’en fait tout ce qu’on a est pratiquement superficiel. Je suis incapable de tenir une plante en vie, de cultiver la terre, de même encore nommer les plantes des arbres etc. Et je trouve ça triste car on a appris tout ça et puis on trouve que ce n’est pas utile alors que si (et ici n’est qu’un exemple). Ca va prendre du temps mais l’essentiel est d’aller vers l’avant et justement ça nous fera plein de choses à (re)découvrir. Si tu as d’autres podcasts je suis preneuse aussi, je suis bientôt à jour sur Curcumabox haha.
    Merci pour ton commentaire !

  4. Merci Kath ! Oui clairement l’arrivée du bébé a été un accélérateur je pense dans ce déclenchement. En tout cas tu fais partie des personnes qui m’inspirent aussi et je suis vraiment contente de t’avoir rencontrée sur twitter il y a 10 ans haha !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *