Bullet Journal: après un mois d’utilisation, premier bilan !


Créativité / jeudi, octobre 3rd, 2019

Il y a un mois environ je vous parlais ici de mon retour sur un Bullet Journal. Sauf que cette fois, je le fais à fond et comme il faut ! Je vous invite à lire le premier article où j’explique ma démarche et ce que j’estime être une manière efficace de gérer mon quotidien. Et après je vous explique comment j’ai fait tout, sauf la base.

Pourquoi ça n’a pas fonctionné…

…. la première fois ? La réponse est très simple: je passais plus de temps à créer des trackers et des dessins que de comprendre l’essence même du Bullet Journal. Mon Bullet Journal s’est donc naturellement transformé en simple carnet de notes, pour redevenir un Bullet Journal depuis un mois.

Le retour du Bullet Journal

J’ai commencé mon Bullet Journal le vendredi 23 août 2019. Au début c’était l’excitation du début. Retrouver une écriture quotidienne, une trace écrite de ce que j’ai fait de mes journées. Créer des tâches, ajouter des notes, des événements…

Après, j’ai vite compris que le but n’était pas d’ajouter des tâches et des tâches et faire une liste « à barrer », mais bien de venir indiquer les tâches, événements ou notes important(e)s de la journée.

Bullet Journal Ryder Carroll Marine and Sea
Pour vous aider à comprendre les bases du Bullet Journal, je vous mets ici un petit guide de référence que j’ai tout simplement trouvé sur le site de Ryder Carroll: Bulletjournal.com.

Du changement dans mon quotidien

J’ai commencé mon Bullet Journal en même temps que ma lecture du livre de Ryder Carroll « La Méthode Bullet Journal » en espérant tout comprendre. En effet j’avais un peu peur de me perdre là-dedans.

C’était très simple. Les bases ont vite été assimilées, il ne me restait plus qu’à trouver ma propre méthodologie et adapter celle de Ryder Carroll à mes envies, mon quotidien et surtout mes besoins !

Premières réflexions

Dans un premier temps, j’écrivais de manière cursive et parfois trop rapide. J’ai donc constaté que 1) j’avais du mal me relire et 2) ce n’était pas clair d’un coup d’oeil sur ma feuille de route quotidienne.

J’ai créé des collections; certaines me sont utiles, d’autres au final… pas du tout. Et je ne m’en veut pas. Au contraire, ça me permet de réaliser que ce n’est donc pas important, en tout cas pas au point d’en créer une collection.

Bullet Journal Daily Logs Marine and sea

Les « collections » proposées par Ryder Carroll lorsque l’on commence son Bullet Journal ne sont au final pas très intéressantes pour moi, actuellement. Par contre je pense qu’elles le seront à d’autres moments de ma vie. Je les délaisses donc pour l’instant, je ne les copierais pas dans mon nouveau Bullet Journal quand celui-ci sera terminé.

Au début j’utilisais 2 marqueurs noirs (pointes 0.2mm et 0.4mm) et 2 couleurs pastel. Je me suis vite rendue compte qu’en fait je ne voulais pas spécialement dessiner, mais je voulais surtout être efficace !

Et maintenant ?

Après un mois d’utilisation (j’écris cet article le 25 septembre) j’ai effectué quelques changements dans ma manière de procéder. Pour commencer, un seul marqueur me suffit (le 0.2mm) et ça me permet de le transporter avec mon Bullet Journal. Une seule couleur également (un fluo pastel) pour simplement démarquer plus facilement pour moi (et visuellement) mes daily logs.

Bullet Journal configuration Marine and sea

J’écris en imprimé. J’ai remarqué que j’écrivais donc plus lentement et ça me permet d’aller à l’essentiel (pas de mots superflus) mais surtout en un coup d’oeil ma feuille de route est plus claire et plus nette pour moi.

Quand j’ai envie ou que j’ai le temps, je fais un petit dessin à côté d’une note ou je viens poser un stickers mais c’est tout.

Pour les pages du mois j’ai décidé d’y incorporer les cycles lunaires, les anniversaires, les événements importants. C’est évidemment modifiable chaque mois.

Je n’ai également aucun tracker actuellement dans ce Bullet Journal. Je n’en ai pas besoin pour l’instant et je préfère d’abord maitriser mon organisation quotidienne/mensuelle/annuelle, avant de commencer à faire des trackers. Pour les choses que je souhaite « tracker » je fonctionne autrement pour l’instant. Par exemple pour nos sacs poubelle j’inscris la date dessus et j’entoure sur le calendrier du frigo quand la poubelle est sortie. Ça me permet de voir combien de temps nous restons avec une poubelle. Par contre si dans quelques années je veux voir notre évolution et regarder combien de poubelles nous sortions actuellement, ce ne sera pas indiqué dans mon Bullet Journal. Mais ce n’est pas grave !

Ce que j’ai remarqué au quotidien

Je procrastine beaucoup beaucoup beaucoup moins. Premièrement parce que si je ne fais pas une tâche effectuée dans mon daily log, je la recopie à chaque fois jusqu’à ce qu’elle soit réalisée pour la barrer. La recopier tous les jours me permet de me souvenir que il est temps que je le fasse (et que si il y a une échéance, ça me retarde dans mon avancée). C’est également très chiant de recopier la même chose tous les matins. Donc je fais en sorte que ce soit fait en temps et en heure.

Bullet Journal organisation Marine and Sea

Je suis beaucoup plus productive sur le blog. Avant, je pensais à une idée d’article. Je mettais une épingle imaginaire sur l’idée dans ma tête (qui n’a jamais fait ça?) en étant persuadée qu’une fois à la maison j’allais m’en souvenir. Comme vous vous en doutez ce n’est jamais le cas.

Ici, dès que j’ai une idée d’article, je l’inscris dans mon daily log et si je n’ai pas la possibilité de l’écrire le jour même, alors je la planifie à un autre jour.

Prendre le temps

Je prends également le temps de faire de nouvelles choses. Par exemple, j’ai acheté le livre « Gardiennes de la lune » et je voulais me reconnecter aux cycles lunaires etc (je ne m’étalerai pas ici puisque ce n’est pas le sujet de l’article). J’avais lu le livre, sauf la partie où chaque mois les cycles lunaires sont expliqués en profondeur. Je me disais  » à chaque début de mois je les lirais, comme ça j’apprends au fur et à mesure ». Je crois que 3 ou 4 mois sont passés avant que je le fasse réellement. Et quand je dis le faire réellement, c’est quand j’ai recommencé mon Bullet Journal.

Sur ma page mensuelle, j’ai ajouté les cycles lunaires, leurs significations, rituels etc. Du coup, en un coup d’oeil, je sais quel jour est la plaine lune ou la nouvelle lune, dernier quartier, etc; mais aussi ce que cette lune nous apporte.

Bye bye agenda classique

Plusieurs fois je me suis dit que je prendrais bien un carnet à part pour y inscrire mes rituels de lune, etc. Mais je me suis vite rappelée à l’ordre que le principe du Bullet Journal c’est d’avoir tout… au même endroit. Dans quelques années ça me permettra de retomber sur les rituels de lune que j’ai effectués les premières fois par exemple.

Je n’ouvre plus mon agenda classique mais par contre je combine avec mon agenda numérique. Pour les horaires du travail, les horaires communs et les rendez-vous médicaux, je l’indique en numérique d’office et j’essaie de le rajouter (si ce sont des rdv très importants ou marquants comme les échographies par exemple) dans mon Bullet Journal (soit dans la page du mois, soit dans les daily logs).

Organisation et efficacité

J’ai donc le sentiment d’être plus organisée, plus efficace et surtout de procrastiner beaucoup moins qu’avant. Je ne perds plus mon temps, je remets moins au lendemain.

Et honnêtement, le soir je vais me coucher plus sereine. Je ne me dis plus « demain, il ne faut pas que j’oublie de faire ça, ça ça et ça » « et après-demain aussi je ne dois pas oublier ça » « mince j’ai encore oublié de faire ça aujourd’hui » et de ruminer ma journée avant d’aller dormir. Ma journée est inscrite dans mon Bullet Journal et c’est sa place. Ma tête est plus légère !

Bullet Journal Future Log Marine and Sea

Rendez-vous dans un an pour faire un bilan plus complet ? En tout cas, je note ça dans ma vue annuelle de l’année prochaine !

Sea you soon ….

Retrouvez-moi sur les réseaux!
error

3 réponses à « Bullet Journal: après un mois d’utilisation, premier bilan ! »

  1. Bon voilà, je prends enfin le temps de poster un commentaire sur ton blog. Comme tu le sais, le Bullet Journal est un objet qui me fascine mais qui ne trouve pas sa place de mon quotidien. Pourtant j’en ai très envie ! Mais je trouve les outils numériques tellement plus efficace pour mes rappeler les choses. Et pourtant, je viens d’acheter un carnet pour relancer un Bullet Journal car j’ai envie de lui donner une nouvelle chance, j’aime quand tu parles de moins procrastiner (même si pour le moment, je n’ai pas le temps de procrastiner). Mais ce que j’aime surtout dans leBullet Journal, c’est son côté analogique et déconnecté. J’ai envie d’arriver à ça.

    Bon après cette très longue introduction, voici ma question : « Comment maintiens-tu l’équilibre entre tes outils analogiques (bullet journal) et numérique ? »

  2. Alors, clairement, ça me fait du bien de déconnecter le temps de faire mon Bujo tous les jours. Même si ce n’est que 5′, noter les éléments importants de la journée ou de la veille, reporter mes tâches ou indiquer qu’elles sont terminées ou modifiées. Ça me permet aussi de faire le point sur ma journée et avec un peu de recul (et pas en mode je ressasse tout juste avant d’aller dormir).

    Pour ce qui est de l’équilibre entre l’analogique et le numérique au début je notais tout dans mon Bujo. Horaires du boulot, tous les rdv que j’avais etc.
    Premièrement je me suis rendue compte que c’était une perte de temps puisque je recopiais tout. Je devais mettre les RDV dans les future logs, après fallait que je les retranscrives le jour J. Pour les horaires c’était pareil, surtout que comme on les as à 4 semaines, mettre tout ça dans mes future logs c’était compliqué. Au début je me suis dit que j’allais essayé de créer un future log exprès pour mes horaires. Et après quelques réflexions je me suis rendue compte que ça ne servait à rien puisque j’ai beaucoup plus facile de noter ça uniquement dans mon agenda google (surtout que au moins Julien peut y avoir accès).

    Donc au final tout ce qui est horaires boulot,
    – rdv en tous genres (je retranscris juste les gros rdv dans mon BuJo, où je trouve ça chouette dans quelques années de me dire que j’ai fait une écho ce jour là, tandis qu’avoir été chez le dentiste je m’en cale un peu).
    – Horaires du boulot
    – RDV partagés

    Je laisse dans le numérique ce que j’ai besoin de pouvoir consulter à tous moments de la journée (genre au Taff impossible de me balader avec mon Bujo dans ma poche).

    Dans l’analogique je note par contre les rdv que je ne dois pas oublier de prendre (et quand ils sont pris je note dans le digital), ce que j’ai envie de faire mais que je ne prends, habituellement, pas le temps de faire, les idées d’articles pour le blog, etc.

    Si tu veux je peux t’apporter mon Bujo lundi tu pourras un peu checker.

    En fait j’ai essayé de « stériliser » les future logs en me rendant compte que si je notais trop, les événements importants perdaient de leur importance et que je risquais de passer à côté aussi ! J’aurais peut être encore changé d’avis d’ici 6 mois mais en attendant pour moi ça fonctionne comme ça 🙂

  3. Super article. Je te suis bien plus sûr insta mais j’avais mis ton blog en favoris et je le découvre avec plaisir. L’histoire du bijou… il me fait rêver, jen vois des magnifiques mais je nai aucune imagination et aucun talent en dessin alors à par copier bah je ne fais rien de plus. L essence même du bujo ny est plus. Et finalement je lavais utilisé tout simplement comme toi et cetait bien plus agréable. Il faut que je recherche une petite orga simple en m entrainant pour en commencer un joli en janvier.
    Je garde en-tête que la simplicité est le mieux & le plus efficace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *