Mes débuts dans le Zéro Déchet et la Slow Cosmétique


Zéro Déchet / lundi, novembre 12th, 2018

En prenant de l’âge on commence forcément à voir la vie autrement. On gagne en expérience et on se sensibilise à des sujets qui ne nous auraient jamais intéressé il y a 10 ans. A l’inverse, nous pouvions avoir des passions à 20 ans, qui nous semblent obsolètes à 30. Dans mon cas, je n’ai jamais été quelqu’un qui faisait spécialement attention à l’écologie. Evidemment je triais mes déchets, je ne jetais pas de papier par terre. Mais ça s’arrêtait là. Alors laissez moi vous parler de mon nouvel intérêt pour le zéro déchet, la composition des produits que j’utilise, etc…

Pourquoi maintenant ?

Je peux certainement dire merci, instagram. Honnêtement je pense que c’est grâce à quelques comptes que j’ai le plaisir de suivre (Je vous mets tout en bas de l’article)que j’ai commencé à m’intéresser au sujet. Dans un premier temps c’était d’un point de vue observateur. Comment ça fonctionne, en quoi ça consiste, comment fait-on ? Est-ce que ce n’est pas trop handicapant au quotidien ? chiant ? Ça change réellement quelque chose ?

4 ans de déchet d'une salle de bain article démotivateur lillois zéro déchet zéro waste
« Il ne jette pas ses déchets pendant 4 ans puis les prend en photo » article du Démotivateur (lien).

Par la suite, j’ai été sensibilisée au sujet. Oui, ça change quelque chose. Parmi les avantages qui m’ont donné envie de sauter le pas, il y en a un qui n’est pas des moindres : prendre soin de notre petite planète. On aura beau se dire que si on ne le fait pas à fond, ça ne sert à rien ; c’est là que l’on se trompe. Chacun fait comme il peut, avec les moyens du bord et à son rythme. Faisons preuve d’un peu de bienveillance et acceptons que chacun ne puisse pas changer radicalement sa façon de consommer. Oui j’utilise encore du papier aluminum, du film plastique. J’achète des livres en papier, des magazines et je fais mes courses en grande surface. J’achète encore des bouteilles en plastique, je roule en voiture, … Mais j’ai décidé, à mon rythme, de changer mes habitudes. Parce que débuter dans le zéro déchet et la consommation responsable ce n’est pas évident, je vous embarque avec moi… avec mes changements, mes erreurs, mon apprentissage et… mon quotidien.

Le zéro déchet et consommer malin

Le Zéro Déchet

Parce que Wikipédia fait très bien ça, voici la définition en copier/coller :

Zéro déchet (de l’anglais zero waste) est une stratégie holistique de réduction de la quantité de déchets produits par la civilisation industrielle. Elle s’appuie, d’une part, sur la modification des processus de production en encourageant la re-conception des cycles de vie des produits, dans le but de favoriser la réutilisation de tous leurs composants ; d’autre part, sur la modification en profondeur des procédés de valorisation des déchets, avec pour objectif l’élimination totale du stockage en décharge ou de la combustion partielle en incinérateur, et donc de la production de déchets ultimes et de substances toxiques, dangereuses pour la santé et l’environnement, sans oublier la sobriété.

Consommation responsable

Ici, je vous copie/colle un petit extrait du site RSE sur la consommation responsable/durable :

« La consommation responsable est un mode de consommation qui prend en compte les critères du développement durable, c’est-à-dire une consommation qui soit à la fois respectueuse de l’environnement, bénéfique pour l’économie (notamment locale), bonne pour la santé, mais aussi positive pour la société.

Consommation responsable ou consommation durable ?

Parfois, on utilise aussi le terme “consommation durable” quand on parle de consommation responsable. Cependant, la définition de la consommation responsable est plus large que la définition de la consommation durable. En effet, la consommation durable renvoie plus spécifiquement au concept de durabilité, c’est-à-dire à la dimension environnementale. Le ministère du développement durable définit ainsi la consommation durable à travers 3 dimensions :

  • mieux acheter (acheter des produits plus écologiques)

  • mieux consommer (moins gaspiller, avoir une consommation plus durable) et ;

  • mieux jeter (prendre en compte le recyclage notamment).

 

La consommation responsable renvoie quant à elle à une définition plus large, puisqu’elle implique le concept de la responsabilité du consommateur, responsabilité qui peut concerner de nombreux domaines : impact écologique de la consommation, mais aussi impact social, économique, sanitaire, impact sur la qualité de vie… Avoir une consommation durable veut donc dire “consommer d’une façon qui permette de préserver au maximum nos ressources et l’environnement”, alors qu’avoir une consommation responsable veut plutôt dire “avoir une consommation qui soit plus respectueuse de l’environnement, mais aussi de l’équité sociale et économique”. »

Comme ça, vous connaissez un peu mieux le sujet et mes démarches actuelles sur ces deux pratiques !

Avant/ Après

Comment je faisais et quels ont été les premiers changements mis en place. Ces changements je ne les impose pas à Julien (mon compagnon). Chacun est libre de ses choix et ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas respectueux de l’environnement loin de là ! C’est même aussi grâce un peu à lui, que je m’y suis mise. 

Avant

Cosmétiques

J’achetais tous mes produits en grande surface. Pour les crèmes de jour/nuit, gommage, soin nettoyant, démaquillant et maquillage j’achetais beaucoup chez Yves Rocher, pour le gel douche et shampoing c’était plus en grande surface style Auchan, Colruyt, Cora, Action, …

Nutrition/Hydratation

Nous sommes (surtout Julien) de grands consommateurs d’eau. Nous achetons notre eau quand nous allons faire nos course à Auchan où il y a un point de collecte pour les bouteilles en plastique. À chaque bouteille déposée, c’est 0,01€ de récupéré (en coupon) à utiliser sur nos achats en magasin. Sans compter les sacs PMC qui sont remplis moins vite. Pour vous donner une idée, à nous deux, nous devons consommer quelque chose comme 5 à 8L d’eau par jour. En fonctionnant de cette manière, nous mettons un peu plus d’un an à utiliser notre rouleau de sac PMC.

Pour la nutrition nous avons beaucoup de tupperwares en plastique (qui ont eu le temps de bien vivre, certains ont plus de 5 ans…).

Maintenant

Cosmétiques

J’ai décidé de me séparer de tous mes produits ou presque. J’ai d’abord regardé la composition de chacun à l’aide d’une application dont je vous en parle sur cet article.

Pour remplacer mes produits au fur et à mesure dans la salle de bain j’ai décidé de passer sur des articles solides, si possible sans emballage et/ou réutilisable, avec une composition saine et c’est encore mieux si c’est un produit belge, et encore encore mieux si c’est local ! Oui je sais, « encore encore mieux » ça ne se dit pas.

Pour commencer j’ai donc commandé : 

  • Un shampoing solide, un après shampoing (crème) et un déo solide chez La Fabrik’ à Stef.
  • Un savon solide de chez Olila 

Nutrition/Hydratation

J’ai décidé de me séparer de nos tupperwares. À la place, j’ai investi dans des tupperwares en verre où il n’y a qu’une partie du couvercle qui est en plastique. De plus, là je m’y connais moins, mais lors de la commande j’ai fait attention au type de plastique qui était utilisé pour les couvercles. Tous les plastiques ne sont pas très bon pour la santé mais certains sont plus dangereux que d’autres.

Mon plus gros soucis a été d’essayer de trouver une alternative aux bouteilles en plastique. On m’avait parlé des Brita qui « purifient » l’eau du robinet mais cela nécessite de changer le filtre à chaque fois. Si ce n’est pas fait, ça peut devenir dangereux pour la santé. Si c’est fait, c’est un déchet à chaque fois… Puis à la quantité d’eau que nous buvons, je pense que le filtre devra souvent être changé et aussi on va passer notre temps à regarder la Brita purifier notre eau pour la boire. Donc la Brita ne me semblait pas une bonne solution pour nous.

Comme me l’a dit ma kiné (confrontée au même dilemme) « en fait on a pas le choix. Soit on pollue, soit on fait moins attention à notre santé ». C’est exactement ça. Comment ne pas avoir de carence (minéraux) et diminuer nos déchets de bouteilles en plastiques ? Puis acheter des bouteilles en verre ça va deux minutes…

Donc finalement, (quel suspense hein!) j’ai fini par entendre parler des… perles de céramique ! Il suffit de les déposer dans le fond d’une carafe et elles « purifie » l’eau. Bon, je m’y connais pas trop, donc je vous mets le lien sur le site juste en bas de l’article, avec toutes les infos. Pour la consommation à la maison j’ai donc une carafe en verre où j’ai ajouté les perles de céramique et je bois de l’eau du robinet. Pour l’eau minérale… j’achète toujours en bouteilles.

D’un point de vue général je n’utilise plus de sacs en plastique mais mes superbes tote bag mignons et pratiques !

Après

Par la suite j’aimerais utiliser des produits ménagers plus écologiques et sain (pourquoi pas, faits maison?). Mais je termine d’abord les produits que nous avons avant de m’attaquer à ce sujet là. Je souhaiterais aussi m’orienter vers l’achat en vrac.

Voilà, vous savez tout sur mes débuts dans le zéro déchet et la consommation responsable/durable. Si vous le souhaitez, j’ai également rédigé un article sur quelques infos et trucs&astuces si vous souhaitez vous renseigner sur le sujet et/ou sauter le pas, à votre rythme !

Inspirations instagram

@au_quinze
@Keldechet
@Ely_killeuse
@hiddentajmil

Sea you soon !

Retrouvez-moi sur les réseaux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *